Un environnement comme on en voit peu…

Parenthèses imaginaires est un environnement comme on en voit peu. A lui seul, il reflète le pays qui l’accueille, comme un extrait de Périgord vert en Dordogne-Périgord. Ce vallon isolé entouré de forêts est une cachette pour celui qui veut se ressourcer. Le plateau et sa lande sèche offre un beau point de vue sur la campagne environnante. Au fond de cette veine granitique, court un ruisseau d’étang en étang qui s’efface doucement dans la vallée Calcaire.

La faune sauvage célèbre à l’unisson la végétation luxuriante. Majestueuses, les osmondes royales se réunissent au bord des étangs. Dans les sous-bois, elles sont précédées par un tapis de fougères aigles d’un vert vivifiant. En lisière, l’envahissante fraise des bois et la discrète orchidée colorent la forêt. Au soleil, les bruyères se dorent et nous offrent une palette de roses de juillet à septembre. Au printemps l’astre est célébré de jaune par les genêts et les ajoncs. Buissons et arbustes complètent les verticales des troncs, blancs, gris, prune. La nuit, les chênes, bouleaux, châtaigniers, aulnes, houx, pins, peupliers caressent les étoiles scintillantes.

chênes Parenthèses imaginaires

Forêt et sous-bois

Une forêt riche d’essences trempe ses racines dans les nombreuses sources de cet oasis et  mille nuances de verts honorent le Périgord vert. C’est une maison, non, une cité grouillante. A la cime des arbres, le pic épeiche et le pic vert frappent les arbres morts pour en sortir la substantive moelle, pendant que les tourterelles roucoulent amoureusement. Les arbres prêtent leur tête aux mésanges, bouvreuils, sittelles, troglodytes mignons qui babillent sans retenue. Au pied de cette forêt, le merle et le rouge-gorge grattent le tapis de feuilles mortes et s’envolent au passage du chevreuil, du sanglier ou du cerf majestueux.

En savoir plus…

Nénuphare Parenthèses imaginaires

Etangs et zones humides

Les étangs ne sont pas en reste avec leurs nombreux habitants. Sur les rives, le martin-pêcheur s’est installé dans les aulnes. A leurs pieds, les grenouilles offrent, à  la nuit tombante, un concert digne des plus grands orchestres et la carpe saute au rythme de leur musique. Le moustique ne trouve pas de place ici, les prédateurs sont nombreux. Nuit après nuit, noctules et roussettes leur font une chasse effrénée sous le regard bienveillant de la chouette.

En savoir plus…

Bruyère Parenthèses imaginaires

Landes et prairies

L’apparition des landes et des prairies sont récentes. Elle sont dues à un phénomène climatique sans précédant dans notre région, la tempête de décembre 1999. Celle-ci a redessiné le paysage créant un plateau dénudé. Mais la nature n’aime pas le vide et elle a de nouveau rempli cet espace de genêts, ronces, ajoncs et bruyères créant une barrière naturelle sur le plateau. Mais ne pouvant laisser cette végétation coloniser l’ensemble du site, nous avons nettoyé certaines parties qui prennent maintenant des allures de prairie. Ces nouveaux endroits attirent de nouvelles espèces enrichissant ainsi la biodiversité du site.

En savoir plus…